Constitution de l'oeil

Un oeil est un organe globulaire empli de liquide et protégé dans de profondes cavités du crâne osseux, les orbites. Cet organe pèse 7 grammes et à la forme d'une sphère d'environ 24 mm de diamètre avec à l'avant de l'oeil une demi-sphère, la cornée, de 8 mm de rayon. Chaque oeil est constitué de 3 tuniques que l'on distinguera dans cette première partie.

  • La cornée est une membrane transparente qui permet la réfraction des rayons lumineux vers l'intérieur de l'oeil. Elle occupe un cinquième de la surface du globe oculaire et est recouverte par une fine membrane protectrice : la conjonctive.
    Lorsqu'on regarde l'oeil d'un humain on remarque le "blanc de l'oeil", c'est la sclérotique  (ou sclère). De 1 à 2 mm d'épaisseur cette dernière est une membrane blanche très résistante et opaque qui forme les quatre cinquièmes de la surface du globe oculaire. La sclérotique contient de nombreux vaisseaux sanguins. 
    Ainsi, on discerne une première tunique, la plus externe de l'oeil : la tunique fibreuse.
  • Ensuite se trouve la tunique uvéale, ou uvée qui est constituée de l'iris, la choroïde et le corps ciliaire.
    L'iris est une membrane circulaire, de structure pigmentée et donne à l'oeil sa couleur. Il est situé dans l'humeur acqueuse entre la cornée et le cristallin. L'ouverture au centre de l'iris, qui forme une tâche noire, est la pupille, à travers laquelle la lumière gagne le fond de l'oeil. Sous une forte lumière la pupille se rétrécit, réduisant la quantité de lumière qui entre dans l'oeil, tandis qu'en faible lumière elle s'agrandit pour admettre le plus de lumière possible. De ce fait, selon la quantité de lumière entrant dans l'oeil, l'iris se dilate.
    La choroïde située entre la sclérotique et la rétine, dont nous parlerons plus tard, est une couche vasculaire qui assure la nutrition de l'iris et des cellules de la vision de la rétine. De plus, elle absorbe les rayons lumineux inutiles à la vision.
    Positionné derrière l'iris, le corps ciliaire est un anneau de tissu musculaire qui produit une substance liquide : l'humeur acqueuse. Par l'intermédiaire des ligaments, le corps ciliaire est attaché par le cristallin que nous définirons par la suite.
  • La dernière tunique, la plus interne de l'oeil est la tunique nerveuse. C'est celle qui va nous interesser le plus car elle se compose de la rétine et c'est elle qui traduit les rayons lumineux en influx nerveux. Mais il s'avère important de parler de la fovéa (zone centrale de la macula). C'est la zone centrale de la rétine où la vision est la plus précise (acuité visuel maximale). La fovéa est située dans l'axe du regard et ne constitue qu'un millième de la surface de la rétine. C'est ici que les rayons lumineux convergent, elle est uniquement constituée de cônes.

     

    Ces trois tuniques cernent trois milieux transparents : l'humeur aqueuse, le cristallin et l'humeur vitrée.

  • L'humeur aqueuse, situé entre la cornée et le cristallin, est un liquide transparent qui contrôle la pression de l'oeil et maintient la forme de celui-ci. Ce liquide se renouvelle en 3h et permet de protéger le cristallin et de nourrir la cornée. L'humeur aqueuse est composée de 99,6 % d'eau.

  • Le cristallin est une lentille transparente biconvexe (2 faces bombées) situé en arrière de l'iris qui rassemble les rayons lumineux sur la rétine. Pour avoir une vision nette l'oeil adapte sa puissance optique à sa distance de vision, il doit augmenter de puissance quand il passe à la vision de loin à la vision de près : c'est l'accomodation. L'image est réduite et retournée, de façon à être contenue sur la rétine (voir schéma ci-dessous). Et ce phénomène se réalise grâce au changement de courbures des 2 faces du cristallin. Sa courbure est modifiable sous l'action des muscles ciliaires. Le cristallin est composé de cellules allongées conduisant à la lumière.

  • L'humeur vitrée ou corps vitré est une gelée transparente qui assure la rigidité du globe oculaire et maintient la rétine contre la paroi de l'oeil. Elle représente 90 % du volume oculaire et est formée de 95 % d'eau.

    Ainsi nous avons découvert la composition de notre oeil mais ce qui nous interesse c'est l'endroit où l'oeil percoit les couleurs. Où et dans quel endroit précis de l'oeil arrivons nous à "détecter" les couleurs du monde extérieur ?

Sous-pages :

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site